Les erreurs à ne pas commettre au poulailler

Lorsque l’hiver arrive, de nombreux éleveurs pensant bien faire, se mettent à prendre tout un tas d’initiatives pour réchauffer leurs cocottes. Malheureusement, c’est une mauvaise idée !

Saviez-vous que les poules sont des animaux qui supportent bien mieux le froid que la canicule ? C’est d’autant plus vrai avec les races très rustiques qui sont capables de passer les saisons les plus froides sans aucun encombres. Ainsi, si certains bons gestes peuvent donner un petit coup de pouce à vos poulettes, d’autres sont de véritables erreurs à ne pas commettre.

Parce qu’un éleveur averti en vaut deux, découvrez sans plus attendre la liste des erreurs à ne pas commettre au poulailler en hiver.

poulailler-erreur-a-ne-pas-commetre

Surchauffer le poulailler

En hiver, les poules bénéficient d’un tout nouveau plumage à la suite de leur mue annuelle. Par ailleurs, leur température corporelle atteint les 40 à 42 °C. En plus du plumage, cela est aussi dû à une bonne couche de graisse sous-épidermique qui se forme naturellement à cette période pour leur permettre de rester bien au chaud.

Autant vous dire qu’en hiver, elles n’ont absolument pas besoin d’un poulailler surchauffé pour les tenir au chaud. D’ailleurs, lorsqu’elles ont froid, les cocottes ont pour habitude de se ressembler et de se coller les unes aux autres afin de se réchauffer.

Enfin, surchauffer un poulailler peut entraîner une très forte différence de température entre intérieur et extérieur, et ainsi, provoquer un choc thermique au moment de leur sortie quotidienne. D’autant plus que les poules sont sensibles à la chaleur, et qu’en agissant ainsi, vous pourriez les perturber plus qu’autre chose.

Par conséquent, chauffer légèrement le poulailler par temps de grand froid ou de gel, oui, mais surchauffer sans raison apparente en hiver, hors de question !

Fermer les ouvertures

Un poulailler est muni de plusieurs ouvertures et trous d’aération, destinés à favoriser une circulation fluide de l’air dans le poulailler.

Ces ouvertures sont très importantes, car elles empêchent l’humidité de stagner dans le poulailler. L’humidité étant l’un des principaux ennemis des poules. Ainsi, il n’est absolument pas conseillé de boucher ces trous, même en pensant bien faire pour empêcher l’air froid de passer dans le poulailler.

En le faisant, ce sont humidité et gaz issus de la fermentation des fientes qui s’accumuleraient dans le poulailler et risqueraient de rendre les poules très malades.

En conclusion, le poulailler doit certes être bien isolé et étanche, mais en aucun cas son aération ne doit être obstruée ou diminuée.

Oublier l’importance de l’isolation

Même si les poules ne sont pas frileuses, il est tout de même important que la température à l’intérieur du poulailler soit située entre 3 et 5 °C.

Ainsi, si votre poulailler est mal isolé, il est préférable d’ajouter une couche d’isolant au niveau de plafond, ou du faux-plafond. Les matériaux permettant de limiter les déperditions de chaleur sont nombreux : ouate de cellulose, fibres minérales, feutre bitumé, etc. Les parois peuvent également être doublées pour une meilleure isolation. À l’intérieur, vous pouvez, par exemple, utiliser des panneaux de fibrociment ou de bois traités. À l’extérieur, vous pouvez recouvrir les façades avec des plaques de polystyrène ou du plastique à bulles. Très peu esthétiques certes, mais néanmoins efficace.

Confiner les poules dans leur poulailler

Pas peur qu’elles ne tombent malades, certains éleveurs n’hésitent pas à confiner leurs poules à l’intérieur de leur enclos par temps de grand froid.

Là encore, ce n’est en aucun cas une bonne idée. Vos poules ont elles aussi besoin de se dégourdir les pattes, qu’il fasse froid ou non. Afin de faciliter leurs sorties extérieures en hiver, vous pouvez notamment leur aménager un parcours couvert pour les protéger de la pluie ou de la neige.

Certes, s’il y a une tempête qui sévit dehors, mieux vaut les garder bien au chaud et ne leur donner accès au jardin que lorsque le temps est plus apaisé. Mais dans tous les cas, une balade quotidienne est nécessaire à leur bien-être, aussi bien physique que moral.

Donner une alimentation trop riche

En hiver, c’est une certitude, les besoins nutritionnels des poules sont plus importants. Il est donc conseillé de leur apporter une nourriture adaptée durant cette période. D’autant plus que, pendant l’hiver, le parcours herbeux se vident de ses insectes, herbes fraîches, et autres vers.

En revanche, complémenter leur repas ne veut pas dire les gaver. Il s’agit plutôt d’adapter les apports, afin que ceux-ci comblent leurs besoins et que vos cocottes ne souffrent pas de carences.

La ration reste donc la même, mais on compensera le manque de verdure en leur apportant des restes de fruits et de légumes en plus grande quantité que d’habitude, par exemple. De la même façon, on compensera l’apport en protéines habituellement comblé par les vers et insectes en leur proposant des insectes séchés, des vers de farine, ou des restes de viande et de charcuterie, par exemple.

Enfin, afin que leur nourriture soit complète et variée, il est possible de leur apporter un supplément de calcium grâce à un complément à base d’huîtres broyées, ou encore, des compléments alimentaires multivitaminés.

Négliger le nettoyage du poulailler

Si les grands nettoyages se font plutôt en été ou au printemps, en revanche l’entretien régulier du poulailler ne s’arrête pas pour autant en hiver, bien au contraire !

Afin de préserver la santé de vos poules, mais également d’empêcher une invasion parasitaire, le nettoyage hebdomadaire de l’enclos doit se faire comme d’habitude.

Chaque semaine, l’éleveur doit donc se livrer aux différentes tâches qui lui incombent, à savoir :

  • Changement de la litière et installation d’une propre,
  • Nettoyage des fientes collées aux parois du poulailler en n’oubliant pas les perchoirs et les pondoirs,
  • Disposition de Terre de Diatomée dans tous les recoins du poulailler afin d’éloigner les parasites,
  • Lavage des mangeoires et des abreuvoirs.

En conclusion :

Maintenant que vous connaissez les erreurs à ne pas commettre en hiver, vous serez en mesure de passer cette saison en toute tranquillité, tout comme vos cocottes !

A propos de l’auteur

Bonjour à tous, je m'appelle Fred ! Je suis un éleveur amateur de poules. Je travaille dans le domaine du web, d'où ce site. J'habite à la campagne, en Bourgogne et je vous partage ma petite expérience d'éleveur, en espérant que l'information que je vous apporte puisse vous être utile.

Laissez un commentaire 0 commentaires

Laissez un commentaire: